Managers, chefs d’équipe : quel effet faites-vous ?

Vous managez une équipe, vous avez donc forcément un impact sur celle-ci. C’est indéniable.

Aussi, si vous souhaitez être un bon manager, faut-il vous poser la question cible : quel effet est-ce que je produis sur mes collaborateurs ?

Deux effets connus se distinguent, engageant tous deux un état d’esprit sur les collaborateurs : l’effet Golem et l’effet Pygmalion.

Un petit retour sur ces deux effets, mis en évidence par le psychologue Robert Rosenthal dans les années 60.

Ces effets pourraient bien induire le devenir de votre équipe !

A la base : un test

Expérience

Confiez à deux groupes d’étudiants une population de rats identique, afin qu’ils testent leur capacité à sortir d’un labyrinthe.

Au premier groupe, vous leur affirmez que leurs rats ont une capacité intellectuelle d’exception, tandis qu’au second vous leur expliquez qu’au contraire, ils ont une sélection aux capacités médiocres.

Observations

Quels seront les résultats des deux groupes ?

Bien que les rats n’aient aucune particularité à la base, il s’avère que les résultats obtenus par les deux groupes ont été en adéquation avec l’information donnée à la base.

Le premier groupe a observé des résultats convaincants alors que les seconds vivent un échec cuisant.

Conclusion

L’analyse de cette expérience a révélé que ce que nous pensons ressort dans ce que nous induisons.

Si nous sommes convaincus que notre équipe est d’exception, nous aurons nous-mêmes tendance à les considérer comme tel, et à tout faire pour que le résultat soit remarquable.

A l’inverse, notre approche négative conduit inéluctablement à l’échec car nous avons dans notre comportement une énergie négative qui se transmet à nos collaborateurs.

Cet impact est aussi appelé une prophétie auto-réalisatrice car nous mettons en œuvre inconsciemment tout ce qu’il faut pour arriver au résultat que nous anticipions.

Conclusion que la sagesse populaire résume par « Pour un marteau, tout est un clou ».

L’effet Golem

Le Golem trouve son origine dans la mythologie juive. Il s’agit d’un être artificiel, créé à partir de la glaise, esclave de son créateur qui n’a aucune capacité de parole ou de libre-arbitre.

L’effet Golem  représente donc cette influence négative et inconsciente sur le comportement des gens qui sont à notre contact.

Si vous partez perdant, vous perdrez…et votre équipe sera le reflet de ce que vous avez initié !

L’effet Pygmalion

Pygmalion est pour sa part… issu de la mythologie grecque. Ce sculpteur, écœuré des femmes et de leur comportement, voue sa vie au célibat. Il créera pourtant une statue de femme, nommée Galatée, dont il finira par tomber amoureux.  Aphrodite sensible à un tel amour, accepte de donner vie à la statue d’ivoire à laquelle le sculpteur se mariera.

Pour en savoir plus sur Pygmalion et Galatée

Ainsi,  même devant une chose qui parait impossible, il est envisageable de parvenir à son dessein si la bonne volonté est la plus forte.

La vidéo qui mérite d’être vue…

A vous, managers !

Conscient du puissant impact que vous avez sur vos coéquipiers, nous vous  proposons une réelle remise en question, pour le bien de votre équipe !

  • Avez-vous la tendance au positivisme raisonné ? 
  • Etes-vous proactif ?

Posez la question à votre entourage,… en étant prêt à recevoir la réponse évidemment. Évitez le « oui, mais » pour vous justifier, la réponse n’est que personnelle et vous n’avez de comptes à rendre qu’à vous-même.

  • Partez-vous d’avance avec une finalité décidée ? Si oui laquelle ?
  • Quel effet produirez-vous sur vos collaborateurs ?
  • Que croyez-vous vraiment au fond de vous ?

Enfin, rappelez-vous qu’un esprit d’équipe est initié par ceux qui la compose, dont le manager leader…

Autrement dit, critiquer son équipe ne reviendrait-il pas à s’auto-évaluer ?

Changer d’état d’esprit peut être long mais tellement bénéfique…

En bref…

La connaissance des deux effets, Golem et Pygmalion, poussent chaque manager à l’introspection et l’honnête auto-analyse.

Mais pourquoi réduire le bénéfice aux leaders ? Ne sommes nous pas tous acteurs au sein de nos équipes ?  Que déciderez-vous d’instiller ?

Choisirez-vous l’effet Golem ou l’effet Pygmalion ?

Pour notre part, nous croyons que cet article distillera des graines de Pygmalion en vous et,… espérons-le ! qu’il s’agisse là d’une prophétie auto-réalisatrice !

Aller à la barre d’outils