Réduire son coût horaire en embauchant ?

un salarié dans la balance

Votre entreprise rencontre des difficultés à dégager un bénéfice ?

La première réaction est souvent de chercher à réduire l’effectif salarié.

Or, sous certaines configurations,  cet élagage ne fait qu’aggraver la situation.

Petite démonstration…

Préambule…

Les coûts de l’entreprise sont classiquement divisés en deux parties distinctes :

  • Les charges dites productives ou charges directes,
  • Les coûts de structure appelés parfois les frais généraux ou charges indirectes.

Il est généralement assez aisé d’attribuer un coût productif à une affaire. Ce coût est en effet presque systématiquement directement lié à la production. Ces coûts sont alors appelés des « charges directes ».

Il est cependant plus complexe de faire supporter un coût administratif dit « indirect ». Ce dernier implique en effet un coût, généralement fixe, étroitement lié au fonctionnement de l’entreprise. Ces charges indirectes ne sont pas dépendantes du niveau de production, laquelle peut être par ailleurs, fortement variable.

Exemple

Le salaire d’un ouvrier peut alimenter un coût de production d’une série.

Grâce aux relevés d’heures, nous savons qu’il a passé 10 heures sur une série.

Par ailleurs, le bulletin de paye nous informe qu’il coûte 19.58 euros en main d’œuvre pour chaque heure de production. Il s’agit d’une charge directe.

Par opposition, il est nettement plus complexe de définir ce qu’a coûté pour cette série le responsable Ressources humaines dont le coût annuel est de 54 000 euros ! Il s’agit d’une charge indirecte.

Méthode de répartition du coût indirect classique

La charge indirecte (du responsable RH dans notre exemple) est donc souvent répartie en fonction d’une clef de répartition décidée. Elle est souvent liée aux heures de production faites par les ouvriers.

Notre exemple

Plaçons le contexte : le coût indirect de l’entreprise est de 570 000 euros, incluant le coût du responsable RH. De plus, cette entreprise produit 25 120 heures par an, pour un effectif salarié de 16. Le coût horaire est donc de 42.27 euros, charges indirectes comprises :

Soit 19.58 de main d’œuvre  + 22.69 de frais généraux indirects

L’entreprise est alors en mesure de déterminer le coût de sa série ayant consommée 10 heures de production soit 422.70 euros (hors matières et sous-traitance).

Améliorer la rentabilité

Si l’entreprise rencontre une difficulté à dégager des bénéfices, la tentation serait d’engager une réduction d’effectif pour alléger les coûts de production.

Retour à notre exemple

La réduction de l’effectif d’un productif dans notre entreprise/exemple amènerait à réduire la base de répartition, les heures de production.

Si l’effectif passe de 16 à 15, et en estimant que notre salarié produit 1 570 heures par an, le temps global de production sera diminué pour être de 23 550 heures.

Quel sera l’impact sur le coût horaire moyen comprenant les frais généraux ?

Impact sur notre exemple

Les 570 000 euros de frais généraux ne diminuent pas ! Le responsable RH ne voit pas en effet sa rémunération se réduire, et le loyer reste à l’identique, de même que les amortissements de matériel !

Le coût main d’œuvre est de 461 100 euros pour 15 salariés contre 491 840 pour 16 salariés si on prend comme base moyenne 19.58 euros le coût de l’heure productive. L’économie réalisée par la réduction de l’effectif est donc de 30 740 euros.

Pourtant le coût horaire moyen a augmenté, passant de 42.27 euros à 43.78 euros soit (570 000 + 461 100)/(15 x 1 570).

La production d’une série de 10 pièces coûte alors 437.80 euros au lieu de 422.70 euros !

Notion de dilution

Un salarié productif est une ressource de temps dont le volume horaire est au dénominateur du calcul de coût horaire complet. Par conséquent, les charges indirectes fixes sont en fait réparties sur un nombre d’heures plus réduites lorsque l’effectif diminue.

Application à notre exemple

Le coût indirect de 570 000 euros est donc dilué sur moins d’heures lorsque l’effectif se réduit.

Le poids des frais généraux est alors de 24.20 euros de l’heure productive pour 15 salariés alors qu’il était de 22.69 euros auparavant.

La réduction de l’effectif productif n’est donc pas une solution pour améliorer la rentabilité si les charges fixes indirectes ne sont pas également diminuées!

La solution pour améliorer la rentabilité serait donc au contraire l’embauche de salariés supplémentaires de manière à saturer la structure administrative. Ce choix implique  une amélioration des ventes… rendue possible par une réduction des coûts horaires. Ce cercle vertueux tient compte de nombreux paramètres stratégiques à l’évidence.

Notre exemple

Un salarié supplémentaire diminuerait le coût horaire, qui serait alors de 40.95 euros soit un coût de 409.50 euros pour la série de notre exemple.

La leçon : la stratégie de repli est rarement une solution efficace si elle ne remet pas en cause l’ensemble du mode de fonctionnement de l’entreprise.

Dans le cas de remise en question du fonctionnement structurel de l’entreprise, il faudra revoir la globalité de l’organisation :

  • Faudrait-il mécaniser ?
  • Est-il possible de réduire les coûts fixes structurels indirects ?
  • Le marché est-il capable d’absorber une production plus importante ?

En bref…

Réduire la masse salariale productive n’est pas toujours opportun.

A contrario, ce scénario pourrait pénaliser vos coûts de production, si vous n’avez pas une action globale stratégique.

L’unique réduction des charges directes de production pénalise fatalement votre rentabilité sauf si vous avez un effet de surcapacité de production.

Aller à la barre d’outils